Biographie

Astrid Delacourcelle s’intéresse aux paysages industriels ou urbains, avec une prédilection pour les fonderies, les usines métallurgiques, les raffineries, les minoteries, les gazomètres, les cheminées d’usines, les docks portuaires, les HLM…Sa technique combine une forme d’hyperréalisme froid, dans la construction des toiles et dans le rendu des détails, avec une chaleureuse expressivité, notamment dans la touche et le rendu chromatique.

Elle montre une évidente empathie pour ces lieux dans lesquels la présence humaine n’est jamais figurée, mais juste suggérée. On ne sait d’ailleurs pas décider s’il s’agit de ruines industrielles ou d’équipements encore opérationnels. L’artiste s’applique à mettre en opposition la simplicité fonctionnelle de bâtiments où rien n’est inutile et leur complexité résultant de leur fonction productive présente ou passée. Quoi qu’il en soit, le silence et le recueillement semblent de rigueur, devant cette sorte de stase d’un temps qui semble définitivement figé…

Dans le traitement des ombres et des lumières, Astrid Delacourcelle recourt à des techniques ancestrales qui la placent dans la descendance de la grande peinture classique, si ce n’est que les cathédrales d’autrefois sont devenues des usines, les maisonnettes des barres urbaines, les ailes des moulins des silos à grain…

Mac Paris 2019

 

Quand parfois la pratique artistique parle sans barrière…

Astrid Delacourcelle peint des paysages. Bien que travaillés d’après photo, ses tableaux s’appuient sur un travail de construction expressément plastique sans se limiter à une description.

Les sujets s’inspirent d’environnements industriels situés le long des berges bordant des canaux dont elle est familière (on m’informe qu’elle habite sur une péniche). Chaque composition plastique emprunte une apparence particulière : soit ici des fuyantes considérables, là une focale raccourcie au point de faire front commun avec la surface immédiate du subjectile. Ailleurs, l’opportunité d’un angle de vue permet un cadrage et une étrange découpe spécifique du motif, ou justifie qu’un format soit orienté dans une direction expressive. Un tableau est inspiré par un atelier-hangar déserté ; l’artiste lui donne des airs de cathédrale et caractérise l’étendue formelle de la surface de son tableau.

Une atmosphère colorée imprègne l’ensemble des œuvres peintes dans des harmonies de gris neutres ou discrètement teintés.

Sans être résolument conceptuel, l’art d’Astrid Delacourcelle témoigne d’une culture technique affirmée et évite l’amabilité de la peinture d’amateur. Une transgression gestuelle picturale suggère un effet de réel, l’estompage modulé d’un contour instille un suivi sensible du spectateur… En inventant sa méthode par des manières allusives, Astrid Delacourcelle rappelle le sens formel du travail artistique et corrèle sur ce fil sa rigueur créative avec l’intimité d’une mémoire cultivée.

On parle d’une plasticité engagée et prégnante, fondée à partir de méditations silencieuses aux limites d’une abstraction parfois architecturale. L’apparence d’une pratique artistique innocente et aimable de peintre paysagiste tombe au fur et à mesure que l’attention se trouve happée par la construction plastique de chaque tableau. Les œuvres d’Astrid Delacourcelle mobilisent avec assurance des équilibrages qui exaucent la force expressive du pictural.

Alain Bouaziz
Article publié le 09/03/2021

 

  • Astrid Delacourcelle
  • 27 quai Franklin Roosevelt SAMOIS SUR SEINE , France 77920
  • +33 6 08 76 12 33
  • astridpem@gmail.com
Formation
  • Diplômée des Arts Appliqués OLIVIER DE SERRES – Paris (1987 à1990)
  • Atelier CHARPENTIER – Paris (1986-1987)
  • Elève de Michel Houplain.
Prix
  • Avril 2022 – Prix de la ville – Salon d’art contemporain – Dammarie les Lys
  • Mai 2013 1er prix au salon « Le diptyque de Melun revisité » – Espace St Jean – Melun
  • Mai 2009 Prix Rugale Michailov – Fondation Taylor
  • Salon des Arts 2008 – Saint Maurice – Grand prix de peinture

Astrid Delacourcelle à la galerie Fabrique Contemporaine

Astrid Delacourcelle expose de nouvelles suggestions de distance plastique par rapport à un travail pictural réaliste muré dans des opérations de reproduction. Sa sensibilité aux vues d’ombres portées sert de point de départ pour des mises en vues curieuses et subjectives de l’objet pictural. Les modèles de départ sont des ombres projetées depuis l’extérieur dans l’environnement de son atelier. Envahissant l’espace et se « heurtant » à ce qui l’occupe, elles anamorphosent chaque objet sur son passage d’une image spectaculaire ; la lumière qui les porte permet de cerner des images complexes, parfois presque inconcevables ou incompréhensibles et dignes d’un décor de film fantastique.

D’abord enregistrée photographiquement, chaque vision sert de prétexte à diverses manipulations esthétiques de cadrages, de composition et d’interprétation. L’artiste, soucieuse de ne pas trahir ou dénaturer son mouvement créatif assortit les nouvelles vues de couleurs irréalistes et arbitraires. Astrid Delacourcelle a pour objectif de créer partout de l’insolite et du mystère, lequel est aussi prégnant que celui de transformer le réel en support d’étude pour de nouveaux contenus du travail artistique. Sa culture du dessin d’observation et sa volonté de produire dans la diversité vont dans ce sens, tout en la faisant abonder et référer encore des productions davantage analogiques que librement plastiques, conceptuelles et imaginaires.

Alain Bouaziz
Fevrier 2022

Expos personnelles
  • Février 2022 – La Fabrique contemporaine – Galerie – Paris
  • Mars 2021 – La Fabrique contemporaine – Galerie – Paris
  • Janvier/Février 2019 – Mairie de Lagny sur Marne
  • Décembre 2017 – Calizio/Espace design – Samois sur Seine
  • Juin 2015 – Lumières d’usines – Passage du grand cerf – Paris
  • Janvier 2015 – Espace Comairas – Fontainebleau
  • Janvier 2013 – Espace Comairas – Fontainebleau
  • Septembre 2010 – Galerie de la Fondation Taylor – Paris
  • Juin 2010 -Thé Art Café/Salle C.Josse – Lagny sur Marne
  • Février 2009 – Carré des Coignards – Nogent sur Marne
  • Octobre 2008 – Mairie de Saint Maurice (Val de Marne)
  • Octobre 2006/2008- Journées des Métiers d’Art – Lagny sur Marne
  • Octobre 2007 – Bateau Alphonse – Paris
  • Novembre 2005 – La Tannerie – Atelier de Lagny sur Marne
  • Décembre 2003 – Exposition  » Vite à l’eau »- Nogent sur Marne

Expos collectives
  • Avril 2021/2022 – Salon d’art contemporain – Château des Bouillants – Dammarie les Lys
  • Octobre 2019 – Collectif indigène – Samois sur Seine
  • Juin 2019 – Mac Paris
  • Octobre 2018 – Art Contrast – Collectif indigène – Samois sur Seine
  • Mai /juin 2018 – Collectif indigène au manoir de Bel Ebat – Avon
  • Octobre 2017 – Art Contrast – Collectif indigène – Samois sur Seine
  • Octobre 2016 – Art Contrast – Collectif indigène – Samois sur Seine
  • Juin 2016 -“La beauté cachée des paysages industriels”- Château des Bouillants – Dammarie les Lys
  • Juin 2016 – “Un jardin des artistes” – Samois sur Seine
  • Avril 2016 – Lumières de l’ombre – Maison des compagnons – Fontainebleau
  • Février 2016 – Rencontres d’artistes – Thomery
  • Novembre 2015 – Résonnances – Théâtre municipal de Fontainebleau
  • Mars 2015 – Atelier d’artistes – Specimen gallery – Fontainebleau
  • Décembre 2014 – Lumières d’hiver/Lumières divers – Mairie de Samois sur Seine
  • Avril 2014 – Salon d’art contemporain – Château des Bouillants – Dammarie les Lys

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!

Partager